• Accueil
  • > Recherche : statue napoléon bonaparte

Résultats de votre recherche

Statue de Napoléon

Posté par rouen1900 le 10 mai 2015

Statue de Napoléon 2     Statue de Napoléon 1

La Physionomie de Rouen fut profondément modifiée sous le Second Empire par le nouveau plan d’urbanisme adopté en 1859. Cette « hausmannisation rouennaise » impliqua, entre autre, l’ouverture de la rue de l’Impératrice (actuelle rue Jeanne d’Arc) et de la rue de l’Hôtel de Ville (plus tard rebaptisée rue Thiers et aujourd’hui rue Jean Lecanuet).

Devant l’Hôtel de Ville, face à la Rue du même nom, on plaça la statue de Napoléon Ier, seule statue équestre de la ville. La popularité du vainqueur de Marengo, d’Austerlitz et d’Iéna était à son comble à cette époque ou son neveu Napoléon III avait rétabli le trône impérial.

Inaugurée le 15 aout 1865, jour de l’anniversaire de la naissance de Napoléon Bonaparte, cette statue est l’œuvre de Gabriel Vital Dubray. Le piédestal est, quant à lui, de Louis Desmarest. Le bronze utilisé pour la réaliser provient indirectement des canons qui furent saisis lors de la bataille d’Austerlitz.

En effet, si la plus grosse partie des canons d’Austerlitz servi à la construction de la Colonne Vendome, une vingtaine d’entre eux furent mis à la disposition de l’Administration des Monnaies et Médailles pour la réfection des balanciers qui servaient à frapper les pièces. Certains de ces balanciers furent envoyés à l’Hôtel des Monnaies de Rouen et ce sont eux que l’on récupéra lors de la fermeture de cette succursale en 1852.

Autre particularité de cette statue équestre, elle échappe à la tradition (qui tient peut être plus de la légende que de la réalité) qui veut que la posture du cheval renseigne sur les conditions de la mort de son cavalier : lorsque le cheval a les deux antérieurs levés, son cavalier serait mort au combat ; lorsque seul l’antérieur droit est levé, son cavalier aurait été assassiné (ou tué par ses adversaires, hors du champ de bataille) ; et lorsque seul l’antérieur gauche est levé, le cavalier serait mort à la suite de ses blessures au combat. A contrario si les quatre jambes du cheval touchent terre, le cavalier serait mort naturellement.

La popularité de l’Empereur n’étant plus la même, il fut question de supprimer sa statue sous la Troisième République. Elle échappa de peu à la fonte, tout comme elle y échappa à nouveau pendant la seconde guerre mondiale.

Publié dans Statues | Pas de Commentaires »

 

Pépé à la guerre Mémé à l&#... |
Quatriemea |
L'histoire et les lége... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mesfanfic1
| Timzeer
| Pierrelesoumis