• Accueil
  • > Recherche : caserne philippon rouen

Résultats de votre recherche

Caserne Philippon

Posté par rouen1900 le 18 avril 2015

caserne philippon

Cette caserne est installée depuis la fin du XIXème siècle dans les locaux de l’ancien séminaire Saint Vivien dont les bâtiments furent reconstruits durant la seconde moitié du XVIIIème siècle.

Elle doit son nom à Amand PHILIPPON, un général de division né à Rouen le 27 aout 1761 et décédé à Paris le 4 mai 1836.

La caserne est aujourd’hui encore occupée par les services de l’Armée.

.

Pour en savoir plus sur les autres casernes : Casernes et militaires.

 

Publié dans Casernes et Militaires | Pas de Commentaires »

Rue des Matelas

Posté par rouen1900 le 2 mars 2015

rue des matelas

Autrefois appelée rue Tresselin ou Cresselin, la rue des Matelas pris ce nom au XVème en raison d’une enseigne qui s’y trouvait.

Cette rue étroite reliait la rue Orbe à la Rue Saint Vivien. Bordée à l’Est par la muraille de la Caserne Philippon et à l’Ouest par des maisons à colombage, elle offrait une perspective pleine de cachet sur l’église Saint Vivien. Cette vue séduisit de nombreux artistes (Henri Vignet, Albert Le Crinier, Hyppolite Madelaine, Louis Jacques Vigon, Pierre Le Trividic…) qui l’immortalisèrent dans leurs œuvres.

Cette voie fut supprimée lors du percement de l’Avenue de la Porte des Champs entre 1972 et 1974.

On distingue sur la carte la « Maison Ailée », une pittoresque bâtisse de 1737, construite légèrement en retrait et flanquée de part et d’autre de deux quarts de tour en pans de bois. Elle fut démontée et reconstruite sur le Golf du Vaudreuil.

plan rue des matelats

Publié dans Rues et Places | Pas de Commentaires »

PLAN DU SITE

Posté par rouen1900 le 15 janvier 2015

 

 

CASERNES ET MILITAIRES

 

CATHEDRALE

 

ECOLES

 

ENVIRONS DE ROUEN

 

EVENEMENTS

 

FONTAINES

 

GARES

 

GUERRE 14-18

 

HOTELS PARTICULIERS

 

JARDINS

 

MAGASINS ET DEVANTURES

 

MONUMENTS CIVILS

 

MONUMENTS RELIGIEUX

 

MUSEES

 

PERSONNAGES ROUENNAIS

 

PONTS, QUAIS ET PORT

 

RUES ET PLACES

 

SALLES DE SPECTACLES

 

STATUES

 

VUES GENERALES

 

Publié dans | Pas de Commentaires »

Casernes et Militaires

Posté par rouen1900 le 14 janvier 2015

caserne1   caserne2

Ces deux cartes postales sont des cartes-photos éditées par le photographe G. Belleville dont le studio était situé rue Boucher de Perthes à deux pas de la Caserne Richepanse.

La présence militaire à Rouen est évidemment bien antérieure à ces clichés. Au début du XVIIIème siècle les troupes étaient logées directement chez les rouennais. Afin de mettre un terme à cette cohabitation difficile et de soumettre les soldats à une discipline militaire plus stricte, l’autorité royale décida la construction de casernes.

La première, la Caserne Saint Sever était à l’emplacement approximatif de notre actuelle Cité Administrative. Elle fut construite de 1713 à 1729 et agrandi en 1774. En 1818 on réquisitionna les bâtiments de l’ancien Prieuré Bonne Nouvelle (future Caserne Pelissier).

La concentration des casernes rive gauche posait un problème : lors des périodes de crue, la Seine devenant infranchissable, les casernes se trouvaient isolées de la ville et les soldats ne pouvaient plus assurer le contrôle de la population et la répression des soulèvements, encore fréquents dans les périodes de chômage et de famine.

L’intendant décida donc la construction en 1776 d’une nouvelle caserne, rive droite, à l’emplacement du Pré aux Loup (future Caserne Jeanne d’Arc).

Pendant la seconde moitié du XIXème d’autres casernes furent crées rive droite : Casernes Hatry, Trupel et Philippon.

Rive gauche, la construction de la gare d’Orléans en 1898 provoqua la destruction de la Caserne Saint Sever. Quelques années auparavant cependant deux nouvelles casernes avaient été crées : la Caserne Richepanse et la Caserne Duvivier.

Jusqu’à la Seconde Guerre Mondiale ces casernes abritèrent principalement les 39ème et 74ème Régiments d’Infanterie. André Maurois, conscrit de 1903, témoigna de la rivalité entre les deux régiments : « Pour moi, homme du Sept-Quatre, tout homme du Trente-Neuf était mal astiqué, tout officier ignorant de la tactique, toute coutume régimentaire bizarre. C’était un autre monde, presque inintelligible. Ils boutonnaient leurs capotes à droite quand nous boutonnions les nôtres à gauche ; leur demi-tour était lent, leur maniement d’armes absurde et leurs refrains régimentaux affreux. »

Peu de caserne subsistent aujourd’hui : la Caserne Duvivier n’a pas survécut aux bombardements de 1944, la Caserne Pelissier a été abattue pour faire place à des immeubles de logements, la Caserne Richepanse, démolie en partie, conserve quelques bâtiments abritant des services municipaux.

La Caserne Hatry fut détruite au profit d’une nouvelle caserne de gendarmerie adaptée au besoin du temps… La Caserne Trupel servie pendant longtemps de garage municipal avant d’être abandonnée depuis 2001…

La Caserne Philippon abrite toujours l’Armée. Quant à la Caserne Jeanne d’Arc elle accueille aujourd’hui le Conseil Régional.

plan_casernes

Publié dans Casernes et Militaires | Pas de Commentaires »

 

Pépé à la guerre Mémé à l&#... |
Quatriemea |
L'histoire et les lége... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mesfanfic1
| Timzeer
| Pierrelesoumis