• Accueil
  • > Recherche : caserne jeanne arc rouen

Résultats de votre recherche

CPA en vente

Posté par rouen1900 le 22 mai 2017

Je vends actuellement sur ebay mes cartes en double (voir la vente) :

Lot de 500 CPA de Rouen (pas de CPSM ni CPM)

comprenant :
– Le Barbier des Quais, ND 119
– Le Barbier des Quais, NT 161
– Les Trois Suisses de la Cathédrale, CV 499
– Le Bougainville au Quai de la Bourse, CV 268
– Tricentenaire de Corneille 1906, Char allégorique, LL 2
– Tricentenaire de Corneille 1906, Décoration de la Statue, LL 10
– Fête Nationale 1908, La jeune République protégeant la Vieillesse, par Bunel, Longuet
– Fêtes Normandes 1909, Académie culinaire de Bruxelles, LL 6
– Fêtes Normandes 1909, Décoration de la rue des Carmes, LL 13
– Fêtes Normandes 1909, Reine de Normandie, LL 22
– Fêtes Normandes 1909, Char de la Corporation des Fleuristes, LL 25
– Fêtes Normandes 1909, La Reine de Normandie, CV 4
– Fêtes Normandes 1909, Char des Fleuristes, CV 11
– Fêtes Normandes 1909, Groupe de Paysans Normands, CV 12
– Fêtes Normandes 1909, Char Agricole, CV 13
– Fêtes Normandes 1909, Groupe de Voitures Fleuries, CV 14
– Fêtes Normandes 1909, Rue Grand Pont, CV 20
– Fêtes Normandes 1909, La Rue Massacre, Lazarus
– Fêtes Normandes 1909, Char de la Corporation des fleuristes, Lazarus
– Inondations 1910, Le Quai de Paris, CV 3
– Inondations 1910, Vue prise de Bonsecours, CV 4
– Inondations 1910, Le Cours la Reine, CV 5
– Inondations 1910, Vue vers les Chantiers de Sotteville, CV 9
– Inondations 1910, Le Quai de Paris, CV 12
– Inondations 1910, Le Cours la Reine, CV 16
– Inondations 1910, Le Cours la Reine, CV 37
– Inondations 1910, Quai du Havre, CV 43
– Inondations 1910, Quai Gaston Boulet, CV 47
– Inondations 1910, Avenue Pasteur et Quai Gaston Boulet, CV 55
– Millénaire Normand 1911, Char de la Reine de Normandie, ELD
– Millénaire Normand 1911, Char de l’Industrie Cotonnière, ELD
– Millénaire Normand 1911, Char de la Faïence et de la Poterie d’Etain, ELD
– Millénaire Normand 1911, Char des Drapiers Merciers et de la Dentelle, ELD
– Millénaire Normand 1911, Char des Costumes Normands, ELD
– Millénaire Normand 1911, Machine de Guerre, ELD
– Millénaire Normand 1911, Richard 1er, ELD
– Millénaire Normand 1911, Roger de Hauteville et Judith, ELD
– Millénaire Normand 1911, Rollon, chef des guerriers scandinaves, ELD
– Millénaire Normand 1911, Porte Jeanne d’Arc, CV 3
– Millénaire Normand 1911, L’Exposition d’Horticulture, CV 10
– Millénaire Normand 1911, Le Moulin de Godicherville, CV 29
– Millénaire Normand 1911, Char de la Faïence de Rouen, CV 45
– Millénaire Normand 1911, Char de la Pèche, CV 48
– Millénaire Normand 1911, Le Temple de Trianon, CV 49
– Millénaire Normand 1911, Char des Reines Normandes, CV 52
– Millénaire Normand 1911, Groupe d’Archers, CV 57
– Millénaire Normand 1911, Char des Confréries Joyeuses, LL
– Millénaire Normand 1911, La Foule rue Grand Pont, LL 8
– Millénaire Normand 1911, La Statue de Rollon, LL 17
– Incendie de l’usine Lille Bonnieres, Funérailles Solennelles, Les Chars, LL
– Vues de la Caserne Pélissier, du Pont Transbordeur, du Palais de Justice, de la Cathédrale, du Gros Horloge, de la Ferté Saint Romain, de l’Hôtel de Bourgtheroule, de la Fontaine Sainte Marie, de la Rue Eaux de Robec, de l’Auberge de l’Ecu de France, etc, etc…

numérisation0003

numérisation0004

numérisation0005

numérisation0006

numérisation0007

numérisation0008

numérisation0009

numérisation0010

numérisation0011

numérisation0012

numérisation0013

numérisation0014

numérisation0015

numérisation0015

numérisation0016

numérisation0017

Publié dans | Pas de Commentaires »

Vue Générale sur le quartier Martainville

Posté par rouen1900 le 18 octobre 2015

Vue Générale sur le quartier Martainville

Dans « La Ville Évanouie, Rouen, un demi-siècle de vandalisme », Patrice Quéréel nous livre une description de cette carte : « Au premier plan, une partie du quartier qui va disparaitre [lors de la création de la rocade Est] : les rues du Chemin-Neuf, du Quai aux Celliers et du Mont Gargan. Vers la gauche une belle demeure à escalier saillant dans sa tourelle carrée. Cette maison donnera les niveaux en pans de bois de sa façade pour le Secteur Sauvegardé. On devine, plus à droite, les toiture de l’intéressante maison dessinée par Juliette Billard. Se devine ce qui faisait l’un des charmes de ce quartier, les petits jardins souvent pentus, joliment arborés. Au second plan s’impose la façade XVIIIe siècle de la Caserne Jeanne d’Arc, aujourd’hui Hôtel de Région, qui fait face à l’ancien « Champs de Mars », destiné à l’origine, comme son nom l’indique, aux exercices militaires« .

Maison Quai aux Celliers     Vue Générale sur le quartier

Quai aux Celliers, au N°6, une maison à pans de bois, immortalisée par Juliette Billard, avec les deux escaliers en saillie qui lui donnaient tout son charme.

plan quartier Martainville

Le Quartier Martainville tel qu’il existait autrefois.

Publié dans Vues Générales | 1 Commentaire »

Caserne Jeanne d’Arc

Posté par rouen1900 le 30 mars 2015

Caserne Jeanne d'Arc 1     Caserne Jeanne d'Arc 2

La construction de cette caserne fut décidée par l’intendant Louis Thiroux de Crosne et les travaux furent réalisés par l’ingénieur du roi Louis Alexandre de Cessart à partir de 1776.

Initialement dénommée Caserne du Pré au Loup ou Caserne Martainville en raison de son implantation géographique, ses occupants profitaient du Champs de Mars pour manœuvrer. Plus tard au fond de celui-ci des baraquements furent installés pour accueillir une division de cavalerie.

Agrandie en 1886, elle prit le nom de Caserne Jeanne d’Arc.

Accessoirement chargés de contrôler la population et de réprimer les soulèvements, les militaires prennaient soin d’améliorer leur image en offrant une distribution de soupe aux nécessiteux lors des périodes de grand-froid ou de pénurie.

Abandonnée par l’armée après la Seconde Guerre Mondiale, la Caserne Jeanne d’Arc abrite depuis 1984 le Conseil Régional de Haute Normandie.

La façade, les toitures et les guérites d’entrée sont inscrites à l’Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques.

.

Pour en savoir plus sur les autres casernes : Casernes et militaires.

Publié dans Casernes et Militaires | Pas de Commentaires »

PLAN DU SITE

Posté par rouen1900 le 15 janvier 2015

 

 

CASERNES ET MILITAIRES

 

CATHEDRALE

 

ECOLES

 

ENVIRONS DE ROUEN

 

EVENEMENTS

 

FONTAINES

 

GARES

 

GUERRE 14-18

 

HOTELS PARTICULIERS

 

JARDINS

 

MAGASINS ET DEVANTURES

 

MONUMENTS CIVILS

 

MONUMENTS RELIGIEUX

 

MUSEES

 

PERSONNAGES ROUENNAIS

 

PONTS, QUAIS ET PORT

 

RUES ET PLACES

 

SALLES DE SPECTACLES

 

STATUES

 

VUES GENERALES

 

Publié dans | Pas de Commentaires »

Casernes et Militaires

Posté par rouen1900 le 14 janvier 2015

caserne1   caserne2

Ces deux cartes postales sont des cartes-photos éditées par le photographe G. Belleville dont le studio était situé rue Boucher de Perthes à deux pas de la Caserne Richepanse.

La présence militaire à Rouen est évidemment bien antérieure à ces clichés. Au début du XVIIIème siècle les troupes étaient logées directement chez les rouennais. Afin de mettre un terme à cette cohabitation difficile et de soumettre les soldats à une discipline militaire plus stricte, l’autorité royale décida la construction de casernes.

La première, la Caserne Saint Sever était à l’emplacement approximatif de notre actuelle Cité Administrative. Elle fut construite de 1713 à 1729 et agrandi en 1774. En 1818 on réquisitionna les bâtiments de l’ancien Prieuré Bonne Nouvelle (future Caserne Pelissier).

La concentration des casernes rive gauche posait un problème : lors des périodes de crue, la Seine devenant infranchissable, les casernes se trouvaient isolées de la ville et les soldats ne pouvaient plus assurer le contrôle de la population et la répression des soulèvements, encore fréquents dans les périodes de chômage et de famine.

L’intendant décida donc la construction en 1776 d’une nouvelle caserne, rive droite, à l’emplacement du Pré aux Loup (future Caserne Jeanne d’Arc).

Pendant la seconde moitié du XIXème d’autres casernes furent crées rive droite : Casernes Hatry, Trupel et Philippon.

Rive gauche, la construction de la gare d’Orléans en 1898 provoqua la destruction de la Caserne Saint Sever. Quelques années auparavant cependant deux nouvelles casernes avaient été crées : la Caserne Richepanse et la Caserne Duvivier.

Jusqu’à la Seconde Guerre Mondiale ces casernes abritèrent principalement les 39ème et 74ème Régiments d’Infanterie. André Maurois, conscrit de 1903, témoigna de la rivalité entre les deux régiments : « Pour moi, homme du Sept-Quatre, tout homme du Trente-Neuf était mal astiqué, tout officier ignorant de la tactique, toute coutume régimentaire bizarre. C’était un autre monde, presque inintelligible. Ils boutonnaient leurs capotes à droite quand nous boutonnions les nôtres à gauche ; leur demi-tour était lent, leur maniement d’armes absurde et leurs refrains régimentaux affreux. »

Peu de caserne subsistent aujourd’hui : la Caserne Duvivier n’a pas survécut aux bombardements de 1944, la Caserne Pelissier a été abattue pour faire place à des immeubles de logements, la Caserne Richepanse, démolie en partie, conserve quelques bâtiments abritant des services municipaux.

La Caserne Hatry fut détruite au profit d’une nouvelle caserne de gendarmerie adaptée au besoin du temps… La Caserne Trupel servie pendant longtemps de garage municipal avant d’être abandonnée depuis 2001…

La Caserne Philippon abrite toujours l’Armée. Quant à la Caserne Jeanne d’Arc elle accueille aujourd’hui le Conseil Régional.

plan_casernes

Publié dans Casernes et Militaires | Pas de Commentaires »

 

Pépé à la guerre Mémé à l&#... |
Quatriemea |
L'histoire et les lége... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mesfanfic1
| Timzeer
| Pierrelesoumis