Le Père Poulou et ses chevres

Posté par rouen1900 le 4 février 2015

pere poulou

Jusque dans les années 1920, le Père Poulou vendait le lait de ses chèvres directement du producteur au consommateur en menant son petit troupeau dans les rues du centre de Rouen. On le voit ici traverser le Pont Corneille.

Si le métier de chevrier urbain était suffisamment rare pour susciter l’intérêt du photographe et celui de l’éditeur de cartes postales, le Père Poulou n’était cependant pas unique en son genre. On trouve ainsi des CPA représentant ses confrères de Paris, d’Albi ou de Pau. Quant au Treport et à Soulac Sur Mer, c’est directement sur la plage que le lait été vendu !

Je n’ai trouvé que très peu d’information sur le Père Poulou… N’hésitez pas à enrichir cet article avec vos commentaires !

.

Pour en savoir plus : un site de CPA sur les chèvres à la campagne et en ville.

.

Dernières Nouvelles (de 1900 !) :

« Le chevrier a fait sa réapparition dans nos rues. Il est revenu de ses montagnes, le brave Poulou, avec ses chèvres dociles aux ritournelles expressives du chalumeau, toujours prêtes à porter leur lait vivifiant à la clientèle, heureuses de croquer çà et là des friandises qu’elles quêtent d’un museau gentiment gourmand.
Bonne chance au chevrier et à son troupeau bêlant. »

Journal de Rouen du 31 mars 1900.

Publié dans Personnages Rouennais | 2 Commentaires »

1934 Incendie de l’Eglise Saint Nicaise

Posté par rouen1900 le 2 février 2015

saint_nicaise5      saint_nicaise4      saint_nicaise3      saint_nicaise2

L’horloge restera figée sur 1h50. C’est donc dans les toutes premières minutes du 10 mars 1934 que débuta l’incendie probablement provoqué par un court-circuit dans un boitier électrique qui commandait la sonnerie des cloches et qui était situé prés du buffet d’orgues. Certains témoins affirmèrent d’ailleurs n’avoir entendu que trois coups de cloches à minuit…

Ce n’est qu’a 2h10 que le chanoine Descrout, réveillé par l’explosion de la verrière du grand portail, donna l’alerte.

En a peine cinq minutes l’ensemble des moyens de lutte contre l’incendie du poste central et du poste de Saint Sever furent en route. Malgré la promptitude des secours, à 3h la totalité de la toiture et du clocher s’était embrasée.

Le feu fut définitivement éteint à 6h. Pour éviter toute récidive, les décombres furent arrosés jusqu’à la fin de l’après midi.

Au matin la ruine de Saint Nicaise était quasi complète. Disparus les vitaux du XVIème siècle et les grandes orgues, tout juste restaurées, qui faisaient la fierté de cette église. Seul subsiste le chœur, au seuil duquel le feu s’est arrêté.

.

Pour en savoir plus :

Publié dans Evénements, Monuments Religieux | Pas de Commentaire »

Caserne Pelissier

Posté par rouen1900 le 30 janvier 2015

caserne_pelissier1

 

C’est en 1818 qu’un quartier de cavalerie prie possession de l’ancien Prieuré de Bonne Nouvelle, compris entre l’actuel boulevard de l’Europe et la rue Brisout de Barnouville.

Bien qu’elle repris le nom de cet ancien prieuré, la prison construite au XIXème, est située à l’écart de son emplacement historique.

C’est en hommage au Général Pelissier né à Maromme en 1794 que fut donné ce nom à la caserne.

Démolie en 1974, son souvenir ne subsiste aujourd’hui que dans l’appellation de la Rue du 74ème Régiment d’Infanterie et dans celui du Mail Pelissier.

Depuis sa désaffection le nom de Pelissier est porté, plus ou moins officiellement, par la Caserne Richepanse.

.

Pour en savoir plus sur les autres casernes : Casernes et militaires.

Publié dans Casernes et Militaires | Pas de Commentaire »

Premier Couvent de la Visitation

Posté par rouen1900 le 28 janvier 2015

museum1

Autorisées à s’installer à Rouen en 1630 les religieuses de la Visitation Sainte Marie, qui se consacrent à l’enseignement,  font construire leur couvent en haut de la rue Beauvoisine entre 1680 et 1691, puis une église en 1711.

Dès 1642, sept sœurs quittent ce couvent pour en fonder un second (celui-ci est presque entièrement détruit, les quelques bâtiments qui subsistent aujourd’hui sont occupés par le Lycée Jeanne d’Arc).

A la Révolution ce couvent sert de lieu d’internement aux religieuses insermentées. L’église est quant-à elle rasée.

Les années suivantes, une partie l’édifice est affecté à l’enseignement. On y voit ainsi se succéder l’école d’agriculture, l’école de médecine et de pharmacie et enfin celle des beaux arts.

L’autre partie est transformée en musées : le Musée des Antiquités (ouvert en 1831), le Muséum d’Histoire Naturelle (ouvert en 1834) enfin le Musée de la Céramique (ouvert en 1864 et transféré en 1888 d’abord au premier étage du Musée des Beaux Arts puis en 1984 à l’Hotel d’Hocqueville).

Publié dans Monuments Religieux | Pas de Commentaire »

Gros Horloge

Posté par rouen1900 le 26 janvier 2015

gros horloge

Monument emblématique de Rouen s’il en est, le Gros Horloge est constitué d’un beffroi, pourvu d’une fontaine à sa base, ainsi que d’un pavillon renaissance, assis sur une voute sculptée enjambant la rue, et qui abrite une horloge astronomique.

Il s’élève à l’emplacement de la Porte Massacre qui constituait l’un des maillon défensif du castrum gallo-romain et qui, déjà à l’époque, était flanquée d’une tour. Cette dernière fut démolie en 1382 par Charles VI pour punir les Rouennais de la révolte de la Harelle.

Sept ans plus tard, on fit construire une nouvelle tour pour y placer une horloge en 1389. 

En 1410, on ajouta au dispositif deux cadrans installés de chaque cotés du pavillon qui joint l’ancien Hôtel de Ville au Beffroi en enjambant la rue.

Depuis 2006, l’ensemble abrite un musée.

Trouver d’autres CPA du Gros Horloge sur Delcampe.

Publié dans Monuments Civils | Pas de Commentaire »

1...171819202122
 

Pépé à la guerre Mémé à l&#... |
Quatriemea |
L'histoire et les lége... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mesfanfic1
| Timzeer
| Pierrelesoumis