Maison de Diane de Poitiers

Posté par rouen1900 le 26 février 2015

maison de diane de poitiers     Maison Diane de Poitiers

Avant de devenir la très célèbre maîtresse du roi Henri II, Diane de Poitiers fût mariée à Louis de Brézé, Grand Sénéchal et Gouverneur de Normandie, mort en 1531.

Si Diane de Poitiers est liée à la Normandie et à Rouen par son mari, il est cependant peu probable qu’elle fût à l’origine de la construction de cette maison ni même qu’elle l’ai occupé. Le nom même de « Maison de Diane de Poitiers » semble n’être apparu que vers 1870. On le découvre en effet pour la première fois dans le livre de Lucien Hura, « Rouen, ses monuments et ses souvenirs historiques » (1877). Elle était auparavant désignée sous le nom de « Façade aux Médaillons » faisant ainsi référence au deux portraits qui ornaient le deuxième étage.

Dans sa « description historique des maisons de Rouen », Eustache de Laquerrière, signale que les médaillons furent enlevés en 1794, ce qui peut laissé penser qu’ils représentaient des figures emblématiques de l’Ancien Régime… Peut être celle de Diane de Poitiers ?

L’édifice occupait jadis les numéros 129 et 131 de la Rue du Gros Horloge, tel qu’on peut l’envisager sur la première carte qui reprend une gravure ancienne. En 1862, lors de l’ouverture de la Rue Jeanne d’Arc, il fût entièrement démonté puis remonté en 1868, dans le petit square aménagé autour de la Tour Saint André a l’angle de la Rue Jeanne d’Arc et de la Rue aux Ours, tel qu’il apparait sur la seconde carte.

En 1932, le syndicat d’initiative s’y installa. Malheureusement l’ensemble du Square Saint André fut incendié en 1944 et, hormis la tour, il n’en reste rien.

.

Trouver d’autres CPA de cette maison sur Delcampe.

Publié dans Monuments Civils | Pas de Commentaire »

Cadran du Gros Horloge

Posté par rouen1900 le 12 février 2015

gros_horloge2

Le cadran du Gros Horloge nous renseigne sur trois éléments de l’éphéméride.

Tout d’abord en haut, une sphère métallique, moitié noire moitié argentée, nous indique la phase de la Lune.

Au centre une aiguille unique nous indique l’heure. Il est a noter que sur le précédent cadran (détruit en 1527) l’aiguille était fixe et c’était les heures qui tournaient…

Enfin la partie inférieure du cadran indique de façon allégorique le jour de la semaine de la manière suivante :
- lundi : char de Diane tiré par des cerfs et accompagné de chasseurs ;
- mardi : char de Mars tiré par des louves ;
- mercredi : char de Mercure tiré par des coqs et accompagné de guerriers, de peintres et de commerçants ;
- jeudi : char de Jupiter, tiré par des aigles et accompagné d’un cardinal, de docteurs et de moines ;
- vendredi : char de Venus, tiré par des cygnes et accompagné par des musiciens et des amoureux ;
- samedi : char de Saturne, tiré par des griffons, et accompagné de moissonneurs et de vendangeurs ;
- dimanche : char d’Apollon, tiré par des chevaux, et accompagné de cavaliers de cardinaux et d’évêques.


Pour en savoir plus : le Gros Horloge.

Trouver d’autres cartes du Gros Horloge sur Delcampe.

Publié dans Monuments Civils | Pas de Commentaire »

Gros Horloge

Posté par rouen1900 le 26 janvier 2015

gros horloge

Monument emblématique de Rouen s’il en est, le Gros Horloge est constitué d’un beffroi, pourvu d’une fontaine à sa base, ainsi que d’un pavillon renaissance, assis sur une voute sculptée enjambant la rue, et qui abrite une horloge astronomique.

Il s’élève à l’emplacement de la Porte Massacre qui constituait l’un des maillon défensif du castrum gallo-romain et qui, déjà à l’époque, était flanquée d’une tour. Cette dernière fut démolie en 1382 par Charles VI pour punir les Rouennais de la révolte de la Harelle.

Sept ans plus tard, on fit construire une nouvelle tour pour y placer une horloge en 1389. 

En 1410, on ajouta au dispositif deux cadrans installés de chaque cotés du pavillon qui joint l’ancien Hôtel de Ville au Beffroi en enjambant la rue.

Depuis 2006, l’ensemble abrite un musée.

Trouver d’autres CPA du Gros Horloge sur Delcampe.

Publié dans Monuments Civils | Pas de Commentaire »

Maison néo-gothique de la rue du Donjon

Posté par rouen1900 le 12 janvier 2015

maison neogothique 1      maison neogothique 2

Cette carte postale de la Tour Jeanne d’Arc a été envoyée en 1916, quelque mois seulement après la fin de la construction de la maison néo-gothique que l’on aperçoit à gauche du cliché et qui est agrandie sur la seconde photo.

Depuis un siècle cette maison connaît bien des vicissitudes… Occupée par la Gestapo pendant l’occupation, elle sera en suite utilisée par Pierre Granier-Deferre pour servir de décor à son film « Adieu Poulet » (voir un extrait du film).

Depuis quelques années des problèmes structurels, datant à priori de la construction même du bâtiment, se faisaient de plus en plus sentir, se traduisant par un lent basculement de l’ensemble.

En 2012, un projet d’hôtel prévoyait la démolition du « garage catois » qui jouxte cette maison et le déplacement de cette dernière qui devait être démontée puis remontée pierre par pierre à 5 mètres de son emplacement d’origine.

Ce projet à pris forme il y a quelques jours avec la démolition du garage et…. de la maison elle même !

Elle devrait finalement être reconstruite à l’identique et parée de quelques éléments d’origine sauvegardés.

.

Trouver d’autres CPA de la Tour Jeanne d’Arc sur Delcampe.

Pour en savoir plus sur la démolition de cette maison :

Publié dans Monuments Civils | Pas de Commentaire »

123
 

Pépé à la guerre Mémé à l&#... |
Quatriemea |
L'histoire et les lége... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mesfanfic1
| Timzeer
| Pierrelesoumis