La serre centrale du Jardin des Plantes

Posté par rouen1900 le 18 juin 2015

Serre Jardin des Plantes

 

La serre centrale du Jardin des Plantes fut construite entre 1839 et 1842. C’est l’un des plus anciens édifices de ce genre en France. Inscrite à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, elle abrite principalement des plantes d’origine tropicale.

Une des serres latérales regroupe des végétaux adaptés aux milieux secs et arides, plantes grasses ou xérophytes. L’autre accueille notamment une collection de plantes carnivores et des plantes médicinales méditerranéennes.

Les serres tropicales, plus jeune d’un siècle environ, présentent une importante collection de plantes ornementales, dont une partie provient d’un don fait à la Ville par Madame de la Moissonnière.

Publié dans Jardins | Pas de Commentaire »

Jardin des Plantes

Posté par rouen1900 le 6 juin 2015

Jardin des Plantes

En 1691, Louis de Carel, Président de la Cour des Aides fait construire sa nouvelle demeure sur un grand terrain sablonneux acquis de la communauté des Religieuses Emmurées de Rouen. Il fait entourer le terrain de murs et y fait planter un jardin. À sa mort en 1717, la propriété est vendue au célèbre John Law, Contrôleur Général des finances, sous la Régence.

Malgré son caractère privé le jardin est régulièrement ouvert au public, notamment lors de fêtes publiques, comme en 1801 lorsque l’aéronaute Blanchard y fait une démonstration d’ascension en ballon.

En 1811, Napoléon fait acheter le domaine pour y établir la Sénatorerie de la Seine Inférieure.

En 1820, un horticulteur anglais, Crac Calvert, loue la propriété. Il y établit des serres pour y cultiver, notamment, une collection de dahlias.

En 1832, la Ville de Rouen, fait l’acquisition du domaine et y installe son jardin botanique, jusqu’alors implanté rive droite, entre le Champs de Mars et les Quais, et devenu trop exigu. Les travaux d’aménagement confiés à Guillaume Dubreuil durent plusieurs années, mais dès 1840 le parc est de nouveau ouvert au public. Il prend le nom de jardin des plantes en référence à celui de Paris.

Le dispositif est complété par la construction de la grande serre (1839-1842), du groupe des sept serres (1883), de l’orangerie (1895-1896) et des serres tropicales (1936-1938).

Agrandit de plus d’un hectare vers la fin du XIXème siècle et plusieurs fois remanié pour tenir compte des demandes du public et de l’accroissement des collections, le Jardin des Plantes se présente aujourd’hui comme un parc composite, mi-classique, mi-paysager.

Publié dans Jardins | Pas de Commentaire »

Square Solférino

Posté par rouen1900 le 14 mai 2015

Jardin Solferino

Lors du grand réaménagement urbain du Second Empire on dégagea toute une zone insalubre à l’angle nord-est des rues Jeanne d’Arc (autrefois rue de l’Impératrice) et Lecanuet (autrefois rue de l’Hôtel de Ville). Ce quartier était jusqu’alors composé d’un réseau de ruelles très étroites, entourant la Halle aux Tanneurs. Il était traversé par la Rennelle, petit cours d’eau issu de la source Gaalor et qui charriait les odorantes eaux usées des tanneries qui le jouxtaient.

Si une partie de cet emplacement servi à l’édification du Musée des Beaux Arts et de la Bibliothèque, l’autre partie, 9 000 m2 environ, fut transformé en jardin.

Aménagé par Emile Beaucantin, il reçu en 1860 le nom de Square Solférino, en souvenir de la victoire toute récente (1859) de Napoléon III sur l’armée autrichienne de François Joseph en Lombardie.

Inauguré le 5 septembre 1863, il était, à l’origine, planté d’une cinquantaine d’arbres et de trois milles arbustes répartis autour d’un plan d’eau surmonté de rochers formant une cascade alimentée par la source Gaalor.

Au fil du temps d’autres arbres furent ajoutés au décors, certains provenant des réserves du Jardin des Plantes, et le promeneur peut désormais y admirer, parmi les 80 spécimens présents, un Ginkgo biloba, un noyer du Caucase, un plaqueminier faux lotier, un faux vernis du Japon, un sophora du Japon, un copalme d’Amérique, un cèdre de l’Atlas, un séquoia géant ou bien encore un métaséquoia…

Plusieurs statues furent ajoutées au début du XXème siècle : le buste de Maupassant, le monument des frères Bérat et la statue de Jean Revel.

Le square pris en 1926 le nom de Charles Verdrel, maire de Rouen de 1858 à 1868, sous le mandat duquel fut réalisée l’ « Haussmannisation rouennaisse ».

Publié dans Jardins | Pas de Commentaire »

 

Pépé à la guerre Mémé à l&#... |
Quatriemea |
L'histoire et les lége... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mesfanfic1
| Timzeer
| Pierrelesoumis