Gare d’Orleans

Posté par rouen1900 le 4 mai 2015

Gare d'Orléans     Place Carnot

La ligne ferroviaire reliant Rouen à Orléans via Elbeuf, Louviers, Dreux et Chartres, fut ouverte le 7 janvier 1883.

La Gare d’Orléans située sur la place Carnot, face au Pont Boieldieu, fut rebâtie par Juste Lisch en 1894 puis inaugurée en 1898.

Détruite par les bombardements de 1944, cette gare ne sera jamais reconstruite. Son emplacement est aujourd’hui occupé par la cité administrative.

Si un site SNCF « Rouen-Orléans » existe toujours à l’ouest de la rive gauche, au delà de l’Avenue Rondeaux, celui-ci n’accueille plus aujourd’hui que du fret.

Pour une savoir plus : Histoire du chemin de fer à Rouen et le site de Roland Arzul sur les autres gares de cette ligne.

Publié dans Gares | Pas de Commentaire »

Histoire du chemin de fer à Rouen

Posté par rouen1900 le 6 avril 2015

Depart de Rouen en train     Eglise Saint Hilaire et Chemin de Fer     Eglise Saint Hilaire et Chemin de Fer (détail)

 

C’est en 1840 que fut crée la Compagnie de chemin de fer de Paris à Rouen. Les travaux visant à construire une ligne reliant Rouen à Colombe (sur la pré-existante ligne de Paris à Saint Gemrain en Laye) commencèrent l’année suivante. La tache fut considérable. Outre l’achat des terrains (plus de 7500 parcelles, presque toutes acquises à l’amiable) et la création de la voie ferrée elle même, il fallut creuser quatre souterrains (le tunnel de Rolleboise – 2612m, celui du Roule – 1726m, celui de Venables – 404m et celui de Tourville la Riviere – 500m). Il fallut également jeter cinq ponts sur la Seine à Maisons-Laffitte, Bezons, Le Manoir, Oissel et Tourville La Riviere.

Ces travaux furent menés tambour battant et la Gare Saint Sever, située sur la rive gauche, face à l’Ile Lacroix, fut inaugurée le 3 mai 1843. Des le 9 mai les voyageur purent parcourir les 128 km séparant Paris de Rouen en 4h10.

Parallèlement, au mois de janvier de la même année, on créa la Compagnie de chemin de fer de Rouen au Havre. Le nouveau tracé, long de 94 km, débute à Sotteville, par un embranchement sur le Paris-Rouen. La encore la construction de nombreux ouvrages d’art fut requise : le Pont aux Anglais qui franchit la Seine, les cinq tunnels de Rouen (Sainte Catherine – 1056m, Saint Hilaire – 93m, Beauvoisine – 1354m, Saint Maur – 1075m et Mont Riboudet – 357m), le viaduc de Malaunay qui franchit la vallée du Cailly (145m de long pour 25m de haut), les deux tunnels de Pissy Poville (2204m et 227m), le viaduc de Barentin qui franchit la vallée de l’Austreberthe (430m de long pour 33m de haut), le tunnel de Pavilly (164m), le viaduc de Mirville qui franchit la vallée du ru de Bolbec (530m de long pour 32m de haut) et enfin le tunnel d’Harfleur (47m). Travaux auxquels il faut ajouter ceux de la Gare rue Verte qui fut érigée entre les tunnels Beauvoisine et Saint Maur.

Après un retard de six mois du a l’effondrement du viaduc de Barentin en janvier 1846, la ligne fut finalement inaugurée le 20 mars 1847.

A ce dispositif vinrent s’ajouter deux autres lignes (et deux autres gares!) : en 1867 , on construisit la Gare du Nord (également appelée Martainville ou d’Amiens) qui permettait d’emprunter le chemin de fer en direction d’Amiens, via Serqueux et Abancourt (respectivement sur les lignes Paris – Dieppe et Paris – Le Treport) puis en 1883 la Gare d’Orléans, sur la place Carnot, face au Pont Boieldieu, qui permettait d’emprunter le train en direction de cette ville via Dreux et Chartres.

A noter que la Gare d’Orléans et la Gare Saint Sever étaient reliées par une voie empruntant un viaduc qui enjambait la rue Saint Sever.

Le port était lui aussi desservit par le chemin de fer : rive droite, une voie partait de la Gare de Martainville, traversait le Champs de Mars et longeait les quais jusqu’au Mont Riboudet ; rive gauche, les quais étaient parcourus par une voie de la Gare d’Orléans.

En 1913, commencèrent des travaux de terrassement destinés à agrandir l’espace disponible entre les deux tunnels jouxtant la Gare rue Verte. La Première Guerre Mondiale vint freiner l’avancée de ces travaux et la nouvelle Gare Rive Droite, celle que nous connaissons aujourd’hui, ne fut achevée qu’en 1928.

Désaffectée en 1930, la gare Martainville fut démolie dans les années 1980.

Détruites par les bombardements de 1944 la Gare Saint Sever et la Gare d’Orléans ne furent, quant-à elles, pas reconstruites et leurs emplacements sont aujourd’hui occupés par les entrepôts de la Sernam pour l’une et par la Cité Administrative pour l’autre.

Il ne reste donc aujourd’hui à Rouen que la Gare Rive Droite. Peut être pas pour très longtemps cependant puisqu’une nouvelle « grande gare » devrait voir le jour dans quelques années à l’emplacement de l’ancienne Gare Saint Sever.

Publié dans Gares | Pas de Commentaire »

 

Pépé à la guerre Mémé à l&#... |
Quatriemea |
L'histoire et les lége... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mesfanfic1
| Timzeer
| Pierrelesoumis