Fontaine Louis Bouilhet

Posté par rouen1900 le 30 juillet 2015

Fontaine Louis Bouilhet

Louis Hyacinthe Bouilhet, est né à Cany le 27 mai 1822. Camarade de Flaubert au collège de Rouen il devint plus tard son ami intime. Après l’abandon de ses études de médecine, Louis Bouilhet devint professeur de littérature et fut nommé conservateur de la Bibliothèque de Rouen.

On doit à Bouilhet plusieurs œuvres poétiques notamment Melaenis, Conte Romain en 1857, poème historique en cinq chants, dans lequel il décrit les mœurs romaines sous l’empereur Commode , puis Fossiles en 1858, dans lequel il utilise la science comme sujet pour sa poésie.

Également dramaturge, Bouilhet signa Madame de Montarcy en 1856 qui fut jouée pendant soixante dix huit soirées au théâtre de l’Odéon, puis Hélène Peyron en 1858 et L’Oncle Million en 1860. Ses autres pièces eurent moins de suces à l’exception peut être de La Conjuration d’Amboise en 1866.

Mais si Bouilhet tient une place importante dans l’histoire littéraire moderne c’est moins en tant qu’écrivain qu’en tant qu’ami de Maupassant et de Flaubert surtout. C’est d’ailleurs lui qui lui souffla l’idée de s’inspirer du fait divers de Delphine Delamarre pour créer Madame Bovary. Chaque semaine, pendant la gestation de ce roman, Flaubert soumettait à la critique de son ami les nouvelles pages de celui-ci. 

Chevalier de la Légion d’honneur, Bouilhet mourut à Rouen le 18 juillet 1869. Maupassant écrira à cette occasion :

« Il est mort, lui, mon maître ; il est mort, et pourquoi ?
Lui, si bon, lui, si grand, si bienveillant pour moi.
Tu choisis donc, Seigneur, dans ce monde où nous sommes,
Et pour nous les ravir, tu prends les plus grands hommes. »

Flaubert quant-à lui fera le siège du Conseil Municipal de Rouen pour obtenir la construction de cette fontaine sur le mur de la Bibliotheque, en mémoire de son ami qui en fut le conservateur : « En perdant mon pauvre Bouilhet, j’ai perdu mon accoucheur, celui qui voyait plus clairement que moi-même. Sa mort m’a laissé un vide dont je m’aperçois chaque jour davantage. »

Les deux amis reposent aujourd’hui au cimetière monumental de Rouen à quelques pas l’un de l’autre.

Publié dans Fontaines, Statues | Pas de Commentaire »

Fontaine Jean Baptiste de La Salle

Posté par rouen1900 le 16 juillet 2015

Fontaine de la Salle

Cette fontaine-statue est l’œuvre du sculpteur Alexandre Falguière et de l’architecte Édouard Deperthes. Elle rend hommage à Jean-Baptiste de La Salle, fondateur des Frères des Écoles Chrétiennes.

Construite en 1875 grâce à une souscription très populaire à la quelle participe non seulement le Conseil Général de Seine-Inférieure et le Conseil Municipal de Rouen, mais aussi les villes d’Elbeuf, de Bayonne, de Nîmes, de Rodez ainsi que des donateurs privés d’Alger, de Londres, des États Unis ou encore du Canada, la fontaine est installée sur la place Saint-Sever et inaugurée le 2 juin de la même année.

En 1887, la fontaine est déplacée place Saint-Clément, tout près du manoir de Saint-Yon ou de La salle mourut en 1719.

Le monument représente l’enseignant avec deux de ses écoliers. Le socle porte les armes de la famille de La Salle, celle de l’Institut des Frères et celles des villes de Reims et de Rouen. Aux quatre angles du socle, debout, quatre enfants symbolisent les élèves des quatre parties du monde où s’étend l’action des frères.

On peux également relever deux inscriptions sur le marbre de ce socle : « Au Vénérable J-B de La Salle, Prêtre, Docteur en Théologie, Fondateur de l’Institut des Frères des Écoles Chrétiennes, né à Reims, MDCLI, mort à Rouen, MDCCXIX, Souscription Nationale, MDCCCLXXIV. » et « Le pieux serviteur de Dieu, Jean-Baptiste de La Salle, touché de compassion, en considérant les innombrables désordres qui proviennent de l’ignorance, source de tous les maux, fonda pour la gloire de Dieu, et l’avantage des pauvres, l’Institut des Frères des Écoles Chrétiennes. »

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’occupant voulu envoyer à la fonte le monument… Une entreprise fut désignée pour déboulonner la statue et la transporter. Des échafaudages furent installés mais une soudaine et inexpliquée épidémie parmi les ouvriers provoqua la suspension des travaux que la Libération, quelques temps plus tard, vint fort heureusement rendre inutiles.

La fontaine fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis 1991.

Publié dans Fontaines, Statues | Pas de Commentaire »

Fontaine Sainte Croix des Pelletiers

Posté par rouen1900 le 16 juin 2015

Fontaine Saint Croix des Pelletiers

Située contre de la maison qui borde le mur nord de l’Eglise Sainte Croix des Pelletiers, cette fontaine alimentée par la Source Gaalor, fut construite en 1663 à la demande des paroissiens.

Le décor sculpté se compose d’un écusson central, dont les motifs ne sont plus lisibles, entouré de deux têtes d’agneaux (symbole de Rouen) et d’un mascaron. L’ensemble est borné par deux pilastres ioniques.

La fontaine est classée au titre des monuments historiques depuis 1943.

Publié dans Fontaines | Pas de Commentaire »

Fontaine Sainte Marie

Posté par rouen1900 le 8 mai 2015

Fontaine Sainte Marie 1     Fontaine Sainte Marie 2

La fontaine Sainte Marie fut construite pour coiffer un réservoir qui alimente encore aujourd’hui Rouen en eau potable.

Suite à un concours lancé par la ville, le chantier fut attribué à l’architecte Edouard de Perthes et au sculpteur Alexandre Falguière qui s’entoura de ses confrères Alphonse Guilloux et Victor Peter.

La figure centrale symbolise la Ville de Rouen sur un navire, voguant sur la Seine et entouré de deux enfants figurant le Robec et l’Aubette. De part et d’autre deux personnages accompagnés, l’un d’un cheval, l’autre d’un bœuf, symbolisent l’agriculture et l’élevage.

Inaugurée le 26 octobre 1879 en présence de Jules Grévy, la fontaine etait à l’époque parée d’un décor de feuillages et illuminée par un éclairage à gaz.

Une sculpture de Guilloux intitulée «la source», initialement prévue pour être installée dans le square Solférino (actuel square Verdrel) en 1903, fut ajouté à l’arrière de l’ensemble.

La fontaine et le réservoir sont classés au titre des monuments historiques depuis 1995.

.

Pour en savoir plus : L’Histoire des Fontaines de Rouen.

Trouver d’autres cartes des Fontaines de Rouen sur Delcampe.

Publié dans Fontaines | Pas de Commentaire »

Fontaine de Lisieux

Posté par rouen1900 le 26 mars 2015

Fontaine de Lisieux

Cette fontaine construite en 1518, devait son nom au fait qu’elle était adossée à l’Hôtel de Lisieux, propriété de l’évêque de ce lieu.

Elle était constituée d’un massif en pierre de forme pyramidale avec, au sommet, Apollon, le dieu des poètes, jouant de la harpe. Immédiatement au dessous le cheval Pégase, puis une figure à trois têtes représentant la philosophie et ses trois composantes : la logique, la physique et la métaphysique.

Venaient ensuite des rochers, des arbres, des gazons, des moutons qui entouraient les neuf muses composant ce Mont Panasse.

En bas, l’eau sortait par deux salamandres rappelant le règne de François Ier sous lequel la fontaine avait été érigée.

En actionnant un robinet on pouvait néanmoins dévier cette eau qui jaillissait alors à différents endroits de la sculpture : sous le sabot de Pégase, par les instruments des neuf muses et par les seins de la philosophie.

Le tout était, depuis très longtemps, érodé par l’action de l’eau et les détails de ce décor avaient presque entièrement disparus lorsque cette fontaine fut détruite, en même temps que le quartier qui l’entourait, pendant la seconde Guerre Mondiale.

.

Pour en savoir plus : L’Histoire des Fontaines de Rouen.

Trouver d’autres cartes des Fontaines de Rouen sur Delcampe.

Publié dans Fontaines | Pas de Commentaire »

12
 

Pépé à la guerre Mémé à l&#... |
Quatriemea |
L'histoire et les lége... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mesfanfic1
| Timzeer
| Pierrelesoumis