1910 Crue de la Seine

Posté par rouen1900 le 20 février 2015

.

Merci à Laurent Martin pour la rédaction de cet article.

.

Inondations 8     Inondations 3     Inondations 7
.
L’Hiver de 1908 est si rigoureux que la Seine gèle. L’année d’après, les pluies et les épisodes de neige provoquent ce que l’on appelle toujours la crue du siècle!
.
En effet de fortes précipitations s’abattent sur le bassin parisien d’octobre à janvier 1910, accompagnées de grandes tombées de neige (bien visibles sur les CPA). Les sols sont saturés entraînant une crue record de la Seine. Après Paris, l’agglomération rouennaise est touchée par les inondations. L’eau du fleuve envahit les berges, les iles, les rues proches de son lit…
.
Les rouennais suivent de près la progression des eaux,  il leur faudra attendre un mois pour retrouver une situation normale.
.
Les cartes postales illustrent ces paysages aquatiques : les quais immergés, le cour de la Reine traditionnel lieu de promenade dominical impraticable, le port bloqué de toute activité mettant des milliers d’homme sans travail, les transports fluviaux sont paralysés….
.
Inondations 9     Inondations 11     Inondations 10    Inondations 2     Inondations 4     Inondations 5    Inondations 1     Inondations 12     Inondations 13    Inondations 6
.
Pour en savoir plus :

Trouver quelques unes des très nombreuses autres CPA des Inondations de Rouen sur Delcampe.

Publié dans Evénements, Ponts, Quais et Port | Pas de Commentaire »

1934 Incendie de l’Eglise Saint Nicaise

Posté par rouen1900 le 2 février 2015

saint_nicaise5      saint_nicaise4      saint_nicaise3      saint_nicaise2

L’horloge restera figée sur 1h50. C’est donc dans les toutes premières minutes du 10 mars 1934 que débuta l’incendie probablement provoqué par un court-circuit dans un boitier électrique qui commandait la sonnerie des cloches et qui était situé prés du buffet d’orgues. Certains témoins affirmèrent d’ailleurs n’avoir entendu que trois coups de cloches à minuit…

Ce n’est qu’a 2h10 que le chanoine Descrout, réveillé par l’explosion de la verrière du grand portail, donna l’alerte.

En a peine cinq minutes l’ensemble des moyens de lutte contre l’incendie du poste central et du poste de Saint Sever furent en route. Malgré la promptitude des secours, à 3h la totalité de la toiture et du clocher s’était embrasée.

Le feu fut définitivement éteint à 6h. Pour éviter toute récidive, les décombres furent arrosés jusqu’à la fin de l’après midi.

Au matin la ruine de Saint Nicaise était quasi complète. Disparus les vitaux du XVIème siècle et les grandes orgues, tout juste restaurées, qui faisaient la fierté de cette église. Seul subsiste le chœur, au seuil duquel le feu s’est arrêté.

.

Pour en savoir plus :

Publié dans Evénements, Monuments Religieux | Pas de Commentaire »

1911 Millenaire Normand

Posté par rouen1900 le 22 janvier 2015

millenaire normand 1

En 911 est signé le Traité de Saint Clair Sur Epte entre Charles III le Simple et Rollon. Par ce traité, le roi de France cède à Rollon la région comprise entre l’Epte et la mer, en échange de quoi le chef viking accepte de recevoir le baptême et surtout d’assurer la défense du Royaume de France contre d’éventuels nouveaux raids vikings. Cet acte est primordial puisqu’il donne naissance à la Normandie.

Mille ans plus tard, l’événement est célébré lors des fêtes du Millénaire Normand qui se déroulent dans toute la Normandie, bien sur, mais aussi à Paris. C’est cependant à Rouen qu’ont lieu les festivités les plus importantes.

Il faut malheureusement noter que l’organisation des fêtes aura été allégée en raison d’un deuil national : le 21 mai précédent, à Issy les Moulineau, lors du départ de la course d’aviation Paris-Madrid, un monoplan effectue un atterrissage d’urgence et heurte accidentellement un groupe de personnalités imprudemment avancé sur la piste. Maurice Berteaux, Ministre de la Guerre, est tué ; Ernest Monis, Président du Conseil est grièvement blessé. Suite à cet événement le gouvernement prie ses représentants de s’abstenir d’assister aux fêtes et réjouissances publiques jusqu’au 23 juin. Le Président de la République, Armand Falliere, dont la venue était dores et déjà annoncée, reporte sa visite à cette date.

Au contraire, l’Archevêque de Rouen, encourage les festivités et publie le 29 mai une dispense permettant à toutes les personnes qui prendront leurs repas dans la ville et l’arrondissement de Rouen le samedi 3 juin (Vigile de Pentecôte), les mercredi 7, vendredi 9 et samedi 10 (jours des Quatre Temps) de ne pas respecter l’abstinence ordinairement observée ces jours la !

A Rouen, du 3 au 11 juin, les festivités sont grandioses.

Le port accueille des répliques de drakkars et le croiseur norvégien Frithjof (bien qu’annoncé le croiseur danois Fylgia renoncera finalement a remonter la Seine et ne dépassera pas le Havre).

Un Congrès rassemble des savants et des universitaires Français, Suédois, Norvégiens et Danois.

Les comités de quartiers rivalisent entre eux pour avoir les plus belles décorations : ici et là on tend des guirlandes électriques, on élève des drapeaux, on construit des portes et des arcs de triomphe… On érige également des scènes de théâtres éphémères (Le Moulin de Godicherville sur la place des Carmes, Le Cabaret du Pommier Fleuri sur le parvis de la Cathédrale…). Là, on joue des scènes champêtres et on chante des chants normands.

Les propriétaires de boutiques sont eux aussi encouragés à pavoiser leurs devantures. Un concours viendra récompenser les plus belles.

Les monuments de la ville (Eglise Saint Ouen, Pavillons des Halles, Ponts Corneille et Boieldieu…) sont eux aussi « embrasés ».

On procède à l’élection des Reines de beauté qui défileront plusieurs fois entourées des reines et des demoiselles d’honneur des autres villes normandes.

Des expositions sont organisées (exposition horticole dans les jardin de l’archevêché, exposition d’art normand qui se partage entre l’église Saint Laurent, le Musée des Beaux Arts et la Bibliothèque).

On assiste également à de nombreux concerts, représentations théâtrales, ou manifestations sportives (concours hippiques, de tirs ou d’escrime).

Les manifestations populaires qui ne figurent pas au programme officiel sont légion. Partout on organise des concerts, des lâchés de pigeons ou des concours d’élégance dans lesquels chacun est appelé à fleurir une bicyclette, une ombrelle, un chapeau ou même une poussette…

C’est également durant cette semaine que Rouen se vis offrir par les délégations scandinaves les pierres runiques du Jardin des Plantes et du Jardin Saint Ouen.

Point d’orgue des festivités, le dimanche 11, un grand cortège historique réunissant de nombreux chars et plus de mille figurants est organisé.

Le succès est énorme. On trouve dans le Journal de Rouen du 8 juin la lettre ouverte d’un groupe de lecteur : « Bon nombre d’habitants de Cany et des environs désirant se rendre à Rouen aux Fêtes du Millénaire Normand admirer le cortège historique et profiter des fêtes de nuit renoncent à se rendre à Rouen, le retour du dernier train de 5h28 étant trop tôt. Aussi bon nombre demande à la Compagnie de l’Etat s’il n’y aurait pas moyen de former un train partant de Rouen vers minuit desservant le parcourt de Rouen à Cany. »

La fête renaîtra les 23 et 24 juin, lors de la tardive visite présidentielle.

.

Au programme :

Samedi 3

  • Inauguration de l’exposition de la Société d’Horticulture dans les Jardins de l’Archevêché (jusqu’au 7 juin).
  • Concours de la Société Hippique au Cours la Reine (jusqu’au 5 juin).
  • Concert par l’Harmonie de Rouen Saint Sever au parc Gaillard Loiselet.
  • Concert par la Musique Municipale sur la place Verdrel.

Dimanche 4

  • Arrivée des chanteurs norvégiens de la Chorale de la Fédération du commerce de Christiania, réception à l’Hôtel de Ville, dépôt d’une couronne de fleurs devant la Statue de Rollon, banquet.
  • Inauguration des expositions d’Art Normand à l’Eglise Saint Laurent pour l’Archéologie et l’Art Populaire, au Musée de Peinture pour les estampes, les céramiques et la sculpture et à la Bibliothèque pour la numismatique et les manuscrits (jusqu’au 15 juin).
  • Grand Festival-Kermesse au Jardin des Plantes (concerts, lâché de pigeons, concours d’ombrelles fleuries, etc…)
  • Grandes Régates.
  • Concours de façades décorées et illuminées (jusqu’au 11 juin).
  • Embrassement des monuments (jusqu’au 11 juin).
  • Représentation de la Comédie Française au Théâtre des Arts.

Lundi 5

  • Grande fête nautique entre les deux ponts.
  • Ouverture de la Grande Semaine des armes de combat à l’Orangerie du Jardin des Plantes, organisée par la Fédération nationale des sociétés d’escrime (jusqu’au 11 juin).
  • Concert de l’Harmonie de Rouen Saint Sever dans les jardins de l’Hôtel de Ville.
  • Réception des congressistes à l’Hôtel de Ville.

Mardi 6 :

  • Ouverture officielle du Congres (jusqu’au 10 juin).
  • Réceptions du Drakkar au musée d’Art Normand et, au jardin des Plantes, de la pierre runique offerte par les norvégiens.
  • Match de football.
  • Ouverture des Concours de tir au stand des Bruyères (jusqu’au 11 juin).
  • Concert des chanteurs norvégiens à la Cathédrale, dépôt d’une couronne de fleurs sur le tombeau de Rollon.
  • Concert des chanteurs norvégiens au Théâtre des Arts, au profit du rachat de la Maison natale de Pierre Corneille.

Mercredi 7 :

  • Représentation des Mystères dans la Cour d’Albane avec le concours de la Comédie Française (mises en scène autour des légendes de Saint Romain et de Saint Nicolas).
  • Représentations au Théâtre des Arts et au Théâtre Français.

Jeudi 8 :

  • Courses cyclistes internationales au vélodrome.
  • Grand concert symphonique au cirque.
  • Arrivée d’un Drakkar au port.
  • Concert de l’Harmonie de Rouen Saint Sever au Parc Gaillard Loiselet.
  • Représentation de Gringoire dans la Cours d’Albane avec le concours de la Comédie Française.
  • Représentation au Théâtre Français.

Vendredi 9 :

  • Représentation des Mystères dans la Cour d’Albane.
  • Représentations au Théâtre des Arts et au Théâtre Français
  • Départ du croiseur Frithjof.

Samedi 10 :

  • Séance de clôture du Congrès, banquet, réception à l’Hôtel de Ville.
  • Représentation de Gringoire dans la Cours d’Albane.
  • Lancement du ballon « Rollon » place Carnot.
  • Courses pédestres.
  • Grande fête de gymnastique place de l’Hôtel de Ville, défilé des gymnastes.
  • Défilé des hérauts d’armes annonçant le cortège du lendemain.
  • Concert de l’Harmonie de la Bénédictine de Fécamp dans les jardins de l’Hôtel de Ville.

Dimanche 11 :

  • Clôtures des concours de tir et d’escrime.
  • Grand Cortège Historique.
  • Feu d’artifice entre les deux ponts.
  • Représentation gratuite au Théâtre des arts, couronnement des bustes de Corneille, Bouilhet et Flaubert.

Vendredi 23, Visite du Président de la République :

  • Arrivée à la gare, acclamation de la foule.
  • Réception à la Préfecture en présence des délégations étrangères.
  • Banquet au Palais de Justice.

Samedi 24, Suite de la Visite présidentielle :

  • Inauguration officielle du Musée d’Art Normand à l’église Saint Laurent.
  • Défilé des enfants des Ecoles, place de l’Hôtel de Ville.
  • Visite du Port et des navires militaires pavoisés (dont le croiseur danois Hejmdal).
  • Banquet au Palais des Consuls.
  • Carrousel donné par les cavaliers du 7ème Régiment de Chasseurs sur le Champ de Course des Bruyères.

.

Trouver quelques unes des très nombreuses autres CPA du Millénaire Normand : Delcampe.

Publié dans Evénements | Pas de Commentaire »

1905 Buffalo Bill et son Cirque

Posté par rouen1900 le 6 janvier 2015

buffalo

La vue de Rouen depuis la côte Sainte-Catherine et un thème largement utilisé par les marchands de cartes postales du début des années 1900.

Celle-ci nous interpelle cependant à cause de l’agitation qui règne sur la place du Champ de Mars…. Nous sommes en juin 1905 et Buffalo Bill, l’ancien cow-boy  reconverti en artiste de cirque, fait étape à Rouen pour quelques jours de représentation.

Buffalo Bill, de son vrai nom William Cody, participa dès l’âge de 14 ans aux guerres indiennes en tant qu’éclaireur et entra dans la légende grâce à l’écrivain Ned Buntline qui immortalisa ses aventures.

De 1882 à 1912 il organise le Buffalo Bill’s Wild West Show, qu’il produit en Amérique du Nord et en Europe. C’est ce spectacle qui fut présenté du 15 au 18 juin 1905 à Rouen, et dans lequel les rouennais purent découvrir des scènes de vie des pionniers américains, telle la chasse au bison, l’attaque d’une diligence, ou celle d’une cabane par de « vrais » indiens participant au spectacle.

 

Trouver d’autres CPA de la Cote Sainte Catherine sur Delcampe.

Pour plus d’informations sur Buffalo Bill et son cirque, consulter l’article publié par la Fédération Française des Amis de la Vieille Amérique

Consulter aussi l’article du Journal de Rouen du 16 juin 1905 sur le site des Archives Départementales de Seine Maritime (page 3).

Publié dans Evénements, Vues Générales | 1 Commentaire »

 

Pépé à la guerre Mémé à l&#... |
Quatriemea |
L'histoire et les lége... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mesfanfic1
| Timzeer
| Pierrelesoumis