Hôtel de la Première Présidence

Posté par rouen1900 le 10 juillet 2015

Hôtel de la Première Présidence

Construit à partir de 1717 par l’architecte Martinet, l’Hôtel de la Première Présidence, rue Saint Lo, abritait la demeure de Nicolas Camus de Poincarré, nommé par le roi Premier Président du Parlement de Normandie. Construit dans le style typique des débuts de la Régence, les motifs sculptés du pavillon central rappelaient au magistrat ses trois principales vertus : la Justice, la Force, et la Prudence. Côté jardin les thèmes retenus sont plus récréatifs : nymphes, satyres, faunes, etc…

D’un point de vue pratique, le Premier Président pouvait passer directement de son hôtel au Parlement par une galerie aérienne qui traversait la rue.

Lors de l’agrandissement de la Rue Saint Lo en 1854, pour faciliter la circulation, on supprima cette galerie et la dernière travée de chacune des deux ailes de l’hôtel.

A la Révolution, le bâtiment fut quelques temps transformé en Hôtel de Ville avant d’être affecté aux Sociétés Savantes.

L’Hôtel de la Première Présidence fut occupé par les Allemands durant la Seconde Guerre Mondiale et parti en flamme le 26 aout 1944, à la veille de la libération de Rouen. Quelle fut la cause de cet incendie : les bombardements alliés ou l’action même des Allemands qui, contraint d’abandonner les lieux, auraient voulu faire disparaitre leurs matériels et leurs documents ? Nul ne le sait. Ce qui est certain cependant c’est la volonté de restaurer l’édifice après la Libération. Des travaux sont entrepris afin de dégager les ruines, de consolider les murs et d’étayer les ouvertures.

Malheureusement, le vent tourna et tout fut finalement rasé en 1957. L’espace dégagé servi longtemps de parking à ciel ouvert avant de céder la place à l’actuel Espace du Palais.

De l’Hôtel de la Première Présidence seul subsiste aujourd’hui le portail, représenté sur cette carte. Celui-ci, cependant, n’est qu’une reproduction à l’identique réalisée au XIXème siècle. L’original est, quant à lui, dans le Jardin Sainte Marie, face au Musée des Antiquités, et sert depuis la fin de la Première Guerre Mondiale de Monument aux étudiants de l’école de Médecine et de Pharmacie morts pour la France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Pépé à la guerre Mémé à l&#... |
Quatriemea |
L'histoire et les lége... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mesfanfic1
| Timzeer
| Pierrelesoumis