Tour Saint André

Posté par rouen1900 le 2 juillet 2015

Tour Saint Andre

Placée en dehors des premiers murs de la ville, cette paroisse s’appela d’abord Saint André de la Porte aux Fèvres, en raison des forgerons qui habitaient le quartier. Lorsque la ville s’étendit, la paroisse fut englobée dans les remparts et l’église pris le nom de Saint André de la Ville, pour la différencier d’une autre église, située près de la porte Cauchoise, Saint André hors la Ville.

L’édifice fut reconstruit à partir de 1486 : la nef est rebâtie en 1521, la tour est construite de 1541 à 1546 et le grand portail est achevé en 1556.

Dans son Histoire de Rouen, Farin décrit le clocher de Saint André comme «un ouvrage achevé, percé au jour de tous costés, et que l’on peut mettre au nombre des plus beaux de la ville».

Fermée au culte à la Révolution, l’église, ainsi que que le presbytère, le cimetière et les constructions qui les entourent, sont vendus comme biens nationaux. La tour sert alors d’atelier pour fondre des plomb de chasse : on lâchait du haut de la tour des gouttes de plomb fondu qui se solidifiaient en billes rondes lors de leur chute.

Lors du percement de la rue de l’Impératrice (actuelle rue Jeanne-d’Arc) en 1861, l’église est détruite et il n’est conservé que la tour.

Au pied de celle ci on remonta quelques façades anciennes (dont la Maison de Diane de Poitiers) qui abritèrent l’Office de Tourisme jusqu’à leur destruction pendant les bombardement de 1944.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Pépé à la guerre Mémé à l&#... |
Quatriemea |
L'histoire et les lége... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mesfanfic1
| Timzeer
| Pierrelesoumis