Pont Transbordeur

Posté par rouen1900 le 8 février 2015

Merci à Noël du Blog du Papivore pour la rédaction de cet article.

w_QOCvzHyBMMlII0-tG_Gvqu5UQ

Le pont-transbordeur de Rouen (1899-1940), œuvre de l’ingénieur Ferdinand Arnodin fut, jusqu’en 1940, le dernier ouvrage d’art à franchir la Seine avant son estuaire. Il permettait la traversée du fleuve au moyen d’une nacelle, à hauteur de l’actuel pont Guillaume le Conquérant.

Ses dimensions: 143 mètres de long, sa hauteur de 70 mètres et son tirant d’air de 51 mètres permettaient aux grands voiliers de remonter jusqu’aux quais extrêmes du port maritime de Rouen.

L’ouvrage de type suspendu semi-rigide à tablier rectiligne et haubans d’ancrage à terre situés en dehors des emprises du pont, recevait un charriot porteur reposant par des galets sur deux rails soutenus par les poutres du tablier et supportait une nacelle de 130 m², pouvant recevoir une charge utile de 15 tonnes.

L’installation motrice fonctionnait sur le principe du touage, le treuil étant actionné par deux moteurs électriques.

Les dimensions de la nacelle étaient importantes. Elle mesurait près de 13m de large. Elle pouvait contenir jusqu’à 200 personnes. 2 à 6 véhicules pouvaient également y prendre place. Il y avait deux classes : la première, à droite était abritée dans une cabine vitrée, la seconde, à gauche était en plein vent. Pont privé, géré par Arnodin puis ses héritiers, il était à péage (10 cts en 1ère classe, 5, en seconde en 1920)

Premier pont-transbordeur en France, il fut aussi le premier détruit le 9 juin 1940 à l’approche des troupes allemandes.

NWN8piiQICR9BaH8KRVktMVSVU0          YZtdMYHj706TyOLwZKn-iZDVgb0

.

Pour en savoir plus sur le Pont Transbordeur : Le site de Jacques Tanguy.

Pour en savoir plus sur les autres ponts : Histoire des Ponts de Rouen.

Trouver d’autres cartes des ponts de Rouen sur Delcampe.

.

Dernières Nouvelles (de 1900 !) :

« Un grave accident, qui a ému un certain nombre de personnes, s’est produit hier, vers deux heures de l’après-midi, au pont transbordeur. Un passager, nomme Alphonse Caron, âgé de vingt-trois ans, couvreur, demeurant rue de la Rose, 40, se disposait, au moment de l’accostage, a débarquer sur le quai de la rive gauche, quand par suite d’un mouvement de va-et-vient de la nacelle, il a eu le pied gauche pris entre le pont et le quai. Ce malheureux a eu la jambe fracturée auprès de la cheville et a dû être transporté à l’Hôtel-Dieu, où il a été admis d’urgence. »

Journal de Rouen du 9 janvier 1900.

.

Une Réponse à “Pont Transbordeur”

  1. Noël dit :

    Un accident somme toute banal, mais relaté avec toute l’emphase des journalistes de cette époque !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Pépé à la guerre Mémé à l&#... |
Quatriemea |
L'histoire et les lége... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mesfanfic1
| Timzeer
| Pierrelesoumis